Le massif de Saint Pé se situe à l'extrême Ouest du département des Hautes Pyrénées, entre les reliefs estompés du Piemont et les sommets plus montagneux de la haute Chaîne. A l'ouest, il déborde, pour 20% de sa superficie, sur le département voisin des Pyrénées Atlantiques. Le gave de Pau en constitue la limite nord et est. A l'ouest, la profonde vallée de l'Ouzom le sépare de son voisin le Moulle de Jaout aux caractéristiques très proches. La bordure sud est matérialisée par la vallée du Bergons qui longe les crêtes les plus élevées du massif. Ainsi délimité, le massif de St-Pé représente une surface de plus de 150 km².

Cette entité karstique se développe sur 14 communes : Asson et Arthez d’Asson pour les Pyrénées Atlantiques et Agos Vidalos, Aspin en Lavedan, Ferrières, Lourdes, Omex, Ossen, Ouzous, Peyrouse, Salles, Ségus, St Pé de Bigorre et Viger pour les Hautes Pyrénées.

Carte topographique du massif (Source IGN)
( Les contours du massif apparaissent en faisant glisser la souris sur l'image)

Dans sa totalité, ce massif sauvage est riche de plus de 1580 cavités (1230 dans les Hautes Pyrenées), parmi lesquelles on retrouve les records de la région en terme de développement ou de profondeur.

Prédominance de la forêt

Contrairement à la haute chaîne, le massif de St Pé par son altitude modeste ne présente pas un caractère minéral très spectaculaire. La forêt couvre plus de 80% du karst et de ce fait, masque la plupart des affleurements rocheux et des lapiaz. Constituée principalement de hêtres, de chataîgners et de chênes, elle reste toutefois très praticable lorsque les buis ne sont pas trop denses. Si aujourd'hui elle est assez peu exploitée en raison de l'absence de pistes carrossables et de pentes souvent très raides, ce ne fut pas toujours le cas. De nombreuses traces laissées par des exploitations de charbon de bois sont visibles un peu partout. Il en résulte également un maillage assez important de sentiers parfois oubliés qui permettent d'accèder même dans les endroits les plus reculés.

La forêt de St Pé sur le flanc nord de L'Isarce

A environ 1300 m d'altitude, la forêt concède par endroits, un peu de place aux pâturages. C'est le cas notamment de toutes les crêtes au relief adouci qui s'étendent entre le plateau de l'Isarce et le col d'Espadres. On les rencontre également aux endroits où les marnes de St Suzanne affleurent (vallon des Nabails, combes à l'ouest et à l'est du col d'Espadres...). A la belle saison, moutons, vaches et chevaux occupent le terrain et cette activité pastorale a notamment justifié la refection de plusieurs refuges qui sont bien pratiques pour les randonneurs mais également pour les spéléologues.

La bordure sud du massif est formée par une ligne de crête plus élevée qui s'étend entre le pic du Pibeste à l'est (1349 m) et le pic de l'Estibette à l'ouest (1851 m). Le point culminant, proche de ce dernier, est représenté par le soum de Granquet (1881 m). Ici le relief est plus escarpé et s'apparente un peu plus aux paysages rencontrés dans la haute chaîne.

La prairie en contrebas du refuge de Yerse est dominée par le pic de l'Estibette (1851 m). Elle occupe une large bande s'étendant bien au delà du col d'Espadres et correspondant à l'affleurement des marnes de Ste Suzanne.

TexteGSHP